VITRINE FEUTRE ART TEXTILE / FELTMAKERS' FRENCH SHOWCASE

20150401

Portrait de Mathilde Grolleau - Brin de soi


Mat'Hilde Grolleau
Plasticienne inscrite à la Maison des Artistes depuis 2006

Adhérente de Feutre Art Textile et ATELIER laines d'Europe 
Membre fondateur de l'association itinERRANCE 
www.brindesoi.com 




J'emprunte à la Terre un peu d'argile, de laine, de soie... Je cherche, glane, expérimente les mains dans la matière, la plus brute possible.
Modeler, feutrer, étirer, triturer...
Je ne cherche pas nécessairement à tout maîtriser. J'aime que la matière m'échappe, qu'elle me surprenne.
Je tente de traduire ma relation sensible à la nature au travers de sculptures, installations in situ, tapisseries.
Suspensions textiles, légères et fragiles, structures végétales, textures minérales, céramiques enfumées... 


Rencontre avec la matière feutre...
J'ai découvert le feutre en 2002 grâce à une amie Allemande, lors de nos études à l'école d'Arts de Brest. Elle m'a initiée au feutrage avec de la laine brute de moutons ravat récupérée chez une éleveuse voisine de mes parents dans la Sarthe. Dans ces mêmes temps, une autre amie de l'école me montrait des photos de yourtes de Mongolie, j'étais sous le charme de ses habitats ronds feutrés...
J'ai un rapport particulier avec la laine qui me séduit plus elle est dans sa forme naturelle, brute. Depuis mon enfance, je suis sous le charme des matières naturelles, charpentes et parquets en bois, vieux draps de chanvre, objets en cuir... Peut-être que les générations de charrons, artisans, fabricants de chaussures... des différents membres de ma famille contribue à cette sensibilité...

Expérience et formation
En 2004, pour mes recherches de DNSEP (diplôme national supérieur d'expression plastique), j'ai réalisé un manteau en feutre de laines ravat et mérinos mélangé à du kapok (Cf photo). Pour mon premier volume, c'était très expérimental ! Pour feutrer, le manteau était enroulé dans 2 grandes nattes de bambou et nous nous sommes relayés à une dizaine d'étudiants en roulant avec des cordes. La machine à laver a fini l'ouvrage... qui est ressorti quelques peu troué mais au caractère très expressif ! (cf photo)
Par la suite, j'ai créé des suspensions, puis j'ai expérimenté et créé des volumes et installations pour du Land Art.
En 2009, je suis allée fabriquer les feutres de ma mini-yourte chez Nicolas Poupinel (expert lainier et fabricant de yourtes écologiques en feutre), puis quelques année plus tard, ceux de ma chariotte/atelier. Nicolas est riche de connaissances autour de la laine et ingénieux. 

On repart toujours de chez lui, la tête remplie d'informations.

En 2013, j'ai réalisé quelques manteaux sur mesure ; sentant des  lacunes techniques, je suis allée me former auprès d'Annelie Petitqueux pendant 10 jours fin 2014.


Projets et démarche artistique
Depuis 2014, je réalise des tapisseries. Elles me permettent de me concentrer sur la matière, d'explorer intuitivement le «graphisme », les contrastes. Parfois, un bout de fil m'inspire et donne naissance à une tapisserie. D'autres fois, le motif est dans ma tête et prend forme à travers mes mains qui façonnent la laine, mais toujours en observation, en expérimentation. Les matières me guident pour faire apparaître la pièce finale. 

Le cocon est un thème récurant dans mon travail. Cocon de soie, chrysalide de laine, ovoïde transparent ou poilu, nid imaginaire...
Forme en évolution vers l'inconnu...

En 2014, la rencontre avec une bergère itinérante de ma région, Thérèse Kohler m'amène sur un nouveau chemin. Nous travaillons ensemble pour la transformation et la valorisation de la laine de ses brebis par la fabrication de couvertures et tapis feutrés. Commence alors un échantillonnage de feutres pour voir les différentes possibilités, je mélange en différentes proportions les types et couleurs de laines (Xaxi Ardia, Rouge de Roussillon, agneaux, Alpaga). 

Nous avons réalisé les premiers prototypes de tapis et couvertures que nous souhaitons proposer à la vente à l'été/automne 2015 et réaliser des commandes sur mesure. Nous avons créé l'association itinERRANCE qui prendra, entre autre, ce projet sous
son aile. 

Démarche écologique
Je travaille quasi uniquement avec des laines locales et rustiques. J'achète certaines laines cardées auprès de producteurs (éleveurs, transformateurs, trieurs Français...) mais je travaille surtout avec les laines de Thérèse Kohler qui élève ses brebis en itinérance à quelques kilomètres de chez moi. Je feutre aussi le poil d'alpaga et quelques autres races de moutons provenant d'élevages voisins. J'incorpore diverses fibres : lin, chanvre que je récupère de différentes manières (producteurs, le grenier de ma grand-mère...), soie en cocon, fil... provenant des élevages « des soies de Marie »... Les fils de laine ou coton proviennent de vide-greniers, fils « mohair des fermes de France »...
Que ce soit pour les teintures ou le feutre, j'utilise de l'
eau de pluie qui est douce et diminue donc la quantité de savon utilisée pour le feutrage. Suite à mon passage chez Nicolas Poupinel, je recycle mes eaux ayant ainsi un minimum de déchets. Mon voyage en Mongolie m'a aussi apportée une riche idée : une table à feutrer avec des bords surélevés et l'évacuation de l'eau par un trou à un angle, très pratique pour la récupérer ! (cf photo) 



Depuis fin 2014, nous expérimentons avec l'aide de mon compagnon le feutrage avec les chevaux, comme en Asie Centrale. Petit à petit, nous modifions le système pour l'améliorer et l'utiliser pour le feutrage des tapis et couvertures en laine de la Double 



Aucun commentaire: